Affichage des articles dont le libellé est Krisis Diffusion. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Krisis Diffusion. Afficher tous les articles

Charles Maurras : un portrait politique, Olivier Dard

VIDEO Charles Maurras : un portrait politique.
Entretien du Cercle Henri Lagrange avec Olivier Dard (historien, agrégé, docteur en histoire contemporaine et professeur à l'université Paris-Sorbonne - Paris IV)
Et à lire dans Nouvelle Ecole n°66: un portrait de Charles Maurras par Olivier Dard (pages 9 à 48).
> Pour commander Nouvelle Ecole n°66 sur Charles Maurras







 Au sommaire du n°66 de Nouvelle Ecole :
  • Un portrait de Charles Maurras (Olivier Dard)
  • Le jeune Maurras, félibre et fédéraliste (Rémi Soulié)
  • Maurras et l’abbé Penon (Axel Tisserand)
  • Heidegger et Maurras à Athènes (Baptiste Rappin)
  • La République, la bourgeoisie et la question ouvrière (Charles Maurras)
  • Kiel et Tanger ou la géopolitique maurrassienne (Martin Motte)
  • Entretien avec Gérard Leclerc
  • Maurras et le romantisme (Alain de Benoist)
  • Charles Maurras et le positivisme d’Auguste Comte (Francis Moury)
  • Maurras en Amérique latine (Michel Lhomme)
  • Antigone (Charles Maurras)
  • Pierre Boutang ex cathedra (Francis Moury)
  • Bibliographie maurrassienne : 2004-2016 (Alain de Benoist)
Et aussi :
  • Le slavophilisme, une utopie conservatrice russe (Vassily Leskov)
  • Siva et Dionysos (Jean Haudry)
  • Dépendance des États et globalisation (Teodoro Klitsche de la Grange)


Nouvelle Ecole n°66 : Charles Maurras



Nouvelle Ecole 66 Charles Maurras Alain de Benoist
Nouvelle Ecole n°66 : Charles Maurras - Parution Janvier 2017


Charles Maurras (1868-1952) fut pendant des décennies à la fois un écrivain, un poète, un théoricien, un chef d’école et l’animateur d’un mouvement politique dont l’influence s’est révélée remarquablement durable. C’est là un cas extrêmement rare. Les chefs politiques ont rarement été de véritables théoriciens, et les idéologues ont rarement eu la capacité (ou le désir) d’animer des mouvements politiques. S’y ajoute un magistère intellectuel qui, avec des fortunes diverses, et non sans avoir suscité bien des dissidences, s’exerce encore aujourd’hui sur bon nombre de ceux qui veulent « penser clair et marcher droit ». Maurras et l’Action française, enfin, sont indissociables, et c’est pourquoi le parcours individuel de l’auteur d’Anthinéa ne peut être séparé d’une aventure collective. Toutes ces caractéristiques justifient à elles seules l’intérêt qu’on doit lui porter. (…) À partir d’une vision assez idéalisée de l’Ancien Régime, Maurras, convaincu que la monarchie se démontre à la façon d’un théorème, tendait à tout ramener au problème des institutions. Ce faisant, il ne voyait pas que des institutions différentes peuvent aller de pair avec un état social identique, et qu’à l’inverse, d’une époque à l’autre, ou d’un pays à l’autre, des institutions identiques peuvent fonctionner de manière toute différente – surtout quand ce sont les mœurs qui déterminent les lois (et non l’inverse). Les paradoxes de la pensée de cet apologiste de la culture catholique qui fut de 1926 à 1939 condamné par le Vatican, de ce royaliste finalement désavoué par le prétendant au trône, ont été maintes fois relevés. (…) Il fait gloire à la France d’avoir constamment lutté contre l’Empire mais fait en même temps l’éloge de la romanité, dont le principe impérial était exactement le contraire de celui de l’État national. Il affirme hautement son souci de l’« universel », mais ne conçoit d’application de ses principes qu’au niveau hexagonal. Sa conception même du politique est pour le moins équivoque, ce dont témoignent les contresens dont n’a cessé de faire l’objet le fameux « politique d’abord ! » (…) Quoi que l’on pense de sa doctrine, on ne peut avoir que de l’admiration pour ce vieux lutteur qui a consacré toute son existence à ses idées, et qui a su les servir avec autant de courage, de passion et de désintéressement. Au-delà de ses erreurs et de ses jugements parfois si injustes, ce courage, ce désintéressement, cette exigeante passion, sa sincérité extrême, sa ténacité et la somme incroyable d’efforts qu’il a su déployer au cours de sa vie, commandent le respect. Il y a chez Maurras, ce Don Quichotte dont Léon Daudet fut le Sancho Pança, quelque chose de très proprement héroïque. Il n’y a pas beaucoup d’hommes publics dont on puisse en dire autant.



Charles Maurras Présent Nouvelle Ecole 66
Charles Maurras dans la revue Présent
Pages Littéraires - 11 février 2017





Au sommaire du n°66 de Nouvelle Ecole :
 Un portrait de Charles Maurras (Olivier Dard)
Le jeune Maurras, félibre et fédéraliste (Rémi Soulié)
Maurras et l’abbé Penon (Axel Tisserand)
Heidegger et Maurras à Athènes (Baptiste Rappin)
La République, la bourgeoisie et la question ouvrière (Charles Maurras)
Kiel et Tanger ou la géopolitique maurrassienne (Martin Motte)
Entretien avec Gérard Leclerc
Maurras et le romantisme (Alain de Benoist)
Charles Maurras et le positivisme d’Auguste Comte (Francis Moury)
Maurras en Amérique latine (Michel Lhomme)
Antigone (Charles Maurras)
Pierre Boutang ex cathedra (Francis Moury)
Bibliographie maurrassienne : 2004-2016 (Alain de Benoist)

Et aussi :
Le slavophilisme, une utopie conservatrice russe (Vassily Leskov)
Siva et Dionysos (Jean Haudry)
Dépendance des États et globalisation (Teodoro Klitsche de la Grange)

Prix de vente: 25 euros TTC 
sur Krisis DiffusionRevue Eléments 
et Les Amis d'Alain de Benoist (port non inclus)





_________________________________________________________________________________

Nouvelle Ecole n°66 en vente sur Krisis Diffusion


Nouvelle Ecole n°66 Charles Maurras

CHARLES MAURRAS.
Numéro 66 / Année 2017. 

Responsable de publication: Alain de Benoist.

Le prix affiché est le prix TTC.
Ce prix ne comprend pas les frais de port.

Les frais de port pour cet article s'élèvent à 3,90 euros TTC.
Ils n'augmentent pas si vous habitez l'étranger ou l'Outre Mer. Ils n'augmentent pas si vous ajoutez un 2e produit au panier.
Ils sont offerts dès que le total des produits atteint 40 euros.
En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.

PRIX: 25,00 € par numéro
 
 







Aperçu rapide


Avec cette formule, vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée de deux ans (01/01/2016- 31/12/2017). Vous recevrez* les numéros 65 et 66 de Nouvelle Ecole ainsi que Krisis 43 à 49.
Disponible

 

 



















____________________________________________________________


Nouvelle Ecole n°66 en vente sur les sites Eléments et alaindebenoist.com


Nouvelle Ecole n°66
Année 2017
Charles 

Maurras



 La collection de numéros - Nouvelle EcoleFacebook Nouvelle Ecole Alain de Benoist

    

Nouvelle Ecole sur Krisis Diffusion

  • Revue Nouvelle ecole : Commandes à l'unité, abonnements, emballages cadeaux adaptés...
    https://krisisdiffusion.pswebstore.com/35-nouvelle-ecole

    • Avec cette formule, vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée d'un an. Vous recevrez le prochain numéro de Nouvelle Ecole (n°66) ainsi que les quatre prochains numéros de Krisis. 
      Disponible
      83,00 €

  •  
    Avec cette formule, vous soutenez nos revues et ferez partie de notre liste d'Abonnés Privilège.Vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée d'un an. Vous recevrez le prochain numéro de Nouvelle Ecole (n°66) ainsi que les quatre prochains numéros de Krisis. 
    Disponible
    113,00 €


  • Avec cette formule, vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée de deux ans. Vous recevrez les deux prochains numéros de Nouvelle Ecole (n°66 et 67) ainsi que les huit prochains numéros de Krisis. 
    Disponible
    165,00 €


  • Avec cette formule, vous soutenez nos revues et ferez partie de notre liste d'Abonnés Privilège.Vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée de deux ans. Vous recevrez les deux prochains numéros de Nouvelle Ecole (n°66 et 67) ainsi que les huit prochains numéros de Krisis. 
    Disponible
    195,00 €


  • LES LUMIERES. Numéro 65 / Année 2016.  25,00 €


  • LES GERMAINS. Numéro 63-64 (Numéro double). 30,00 €

  • THEOLOGIE POLITIQUE. Numéro 62. 25,00 €

  • LES ROMAINS. Numéro 61. 25,00 €

  • OSWALD SPENGLER. Numéro 59-60. 29,00 €

  • LES GRECS. Numéro 58. 25,00 €

  • Exclusivité web !
    Avec cette formule, vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée d'un an (01/01/2016- 31/12/2016). Vous recevrez le numéro 65* de Nouvelle Ecole ainsi que Krisis 43*, 44*, 45* et 46. 
    Disponible
    115,00 € 
  • Exclusivité web !
    Avec cette formule, vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée de deux ans (01/01/2016- 31/12/2017). Vous recevrez* les numéros 65 et 66 de Nouvelle Ecole ainsi que Krisis 43 à 50.
    Disponible
    190,00 €


  • Exclusivité web !
    5,00 € 
    https://www.facebook.com/RevueNouvelleEcole/


La revue Nouvelle Ecole

> Pour commander Nouvelle Ecole n°66 sur Charles Maurras



Fondée en 1968 et publiée tous les ans, Nouvelle Ecole est une luxueuse revue, très illustrée, qui propose dans chaque livraison des études en profondeur dans tous les domaines de la connaissance et de l’histoire des idées, de l’archéologie à la biologie, en passant par la sociologie, la littérature, la philosophie ou l’histoire des religions. Chaque numéro comporte un dossier central, auquel s’ajoutent des «Varia» et de nombreuses rubriques et bibliographies. Dirigée par Alain de Benoist, Nouvelle Ecole a pour rédacteur en chef Michel d’Urance.


___________________________


Présentation de Nouvelle Ecole 65: "Les Lumières"

Depuis maintenant plus de deux siècles, la Révolution française n’a cessé de mobiliser des passions contraires (approbation inconditionnelle ou rejet sans nuances), mais également peu fécondes : bibliothèque rose ou série noire. (...) En dépit de l’historiographie traditionnelle, la Révolution ne se résume pas à l’effondrement des valeurs d’Ancien Régime ou à la suppression des « corps » traditionnels. Comme l’ont bien montré Tocqueville, Taine et Renan, la centralisation révolutionnaire n’a fait qu’accentuer et systématiser la constante volonté de la monarchie administrée de réduire, dans les « pays d’élection » comme dans les « pays d’état », les autonomies locales pour se donner davantage de ressources et de forces. Après 1789, les prérogatives attribuées auparavant au roi ne sont pas supprimées, mais transférées à la nation. Gobineau est allé jusqu’à dire que la Révolution « a seulement développé tout ce qui se faisait avant elle, elle a été l’un des fruits de l’arbre planté par les rois ». Elle a achevé l’État que les rois avaient commencé à bâtir. (...)

La cause principale de la Révolution fut l’Ancien Régime, en l’occurrence une monarchie absolue devenue insupportable depuis au moins 1750, puis tombée entre les mains d’un souverain dépourvu de sens politique. Les Lumières et les sociétés de pensée n’eurent qu’à labourer un terreau déjà préparé. (...)

La Révolution ne se réduit pas non plus à un seul courant de pensée. On y constate au contraire au moins trois grandes influences, et qui ne s’accordent pas spontanément entre elles : celle des Lumières (le progrès, l’économie), celle de Rousseau (le peuple, la volonté générale) et celle de l’Antiquité (le héros, la « vertu »). La pensée des Lumières, associée à l’idéologie du progrès et à son rejet des « superstitions », est l’héritière du rationalisme de Descartes. Elle a conduit à l’instauration d’un régime parlementaire représentatif plus que d’une démocratie, tandis que la pensée de Rousseau a inspiré le nationalisme jacobin. La raison des Lumières, comme outil permettant à la pensée de se dégager de l’emprise de la nature sensible sans pour autant céder à la force du mythe, était en fait une forme de réflexion propre à la modernité capitaliste. Les promesses qu’elle inspirait n’ont pas été tenues : on n’a pas forcément raison quand on parle au nom de la raison. (...)

Au-delà de l’opposition artificielle entre le « moment 1789 » et le « moment 1793 », la Révolution française fut, tout comme la révolution américaine, à la fois une révolution idéologique et un extraordinaire condensé d’événements qui n’ont cessé de produire leurs effets par la suite. Sa nouveauté est à rechercher dans la restructuration volontaire de l’espace et du temps, dans la fête révolutionnaire par exemple, avec son transfert de sacralité (l’unanimisme de la Fête de la Fédération de 1790), dans le regain d’importance donnée à la notion de citoyenneté, dans la relative promotion du peuple. La patrie n’étant plus tant la terre des pères que la communauté politique des citoyens, c’est de la Révolution que nous avons hérité la notion politique de nation. Ce n’est pas à rejeter. 

Pour se procurer Nouvelle Ecole 65 sur le site Alain de Benoist, cliquez ici


Nouvelle Ecole N°65 : Les Lumières




photone31
Au sommaire du numéro
• Attraction, sympathie et « doux commerce » dans la pensée des Lumières (Éric Maulin)
• Les Lumières contre la guerre civile (Marc Muller)
• L’historiographie des guerres de Vendée (Jean-Joël Brégeon)
• L’héritage intellectuel de la Contre-Révolution (Pierre de Meuse)
• Rousseau contre les Lumières (Alain de Benoist)
• La doctrine kantienne de la peine de mort (Francis Moury)
• Max Stirner, critique de la religion et des Lumières (Tanguy L’Aminot)
Et aussi
• Versailles, la grande synthèse de la culture occidentale (Yves Branca)
• Homère dans la Baltique (Felice Vinci)
• Les royaumes thraces – au-delà des légendes (Valeria Fol)
• Deux livres d’Alexander Jacob (Jean Haudry)




___________________________



Presentation de Nouvelle Ecole 63-64 "Les Germains"

Les Germains : un numéro exceptionnel de Nouvelle Ecole

Que devons-nous aux Germains? D'où viennent les berserks, les fameux guerriers-fauves? Quelle est l'origine de l'écriture runique? Un numéro exceptionnel de Nouvelle Ecole pour en savoir plus sur les Germains… avant le match France-Allemagne! Présentation d'Alain de Benoist.


L’habitude s’est prise dans certains milieux de rapporter exclusivement les origines européennes à la philosophie grecque, au droit romain et à la religion chrétienne, ce qui revient à faire bon marché des composantes celtiques, germaniques et balto-slaves de l’Europe. Le passé européen ne se réduit pourtant pas à la trilogie Rome-Athènes-Jérusalem, sinon dans l’optique bien dépassée du principe Ex Oriente lux. C’est ce que montre amplement ce numéro de Nouvelle Ecole qui, après des livraisons déjà consacrées aux Celtes, aux Grecs et aux Romains, vient compléter le panorama de la vieille Europe.

Dès avant la conquête romaine, des migrations s’étaient déjà déroulées vers l’Ouest à partir de l’Europe centrale: il s’agit des vastes mouvements de populations celtiques qui, du VIe au IIIe siècles av. notre ère, se déployèrent sur une aire immense, allant de l’extrémité de l’Espagne jusqu’à la mer Noire. Le tourbillon des «grandes invasions» germaniques est d’une date ultérieure.

Longtemps contenus au-delà du limes, les peuples germaniques se mettent en marche au IVe siècle, notamment avec les Gots (les Gothones de Tacite), qui se diviseront ensuite en Wisigoths et Ostrogoths. Leur succèderont les Cimbres et les Teutons, les Vandales, les Suèves, les Burgondes, les Marcomans, les Francs, les Thuringiens, les Bavarois, les Lombards, les Avars, les Angles, les Saxons, les Jutes, les Frisons et bien d’autres. Le principal résultat de ces invasions fut la dislocation de l’ancienne Romania : à partir du milieu du VIIIe siècle, la fusion est complète entre l’élément germanique et l’élément romain ou gallo-romain, toutes les civilisations de l’Occident médiéval devenant des synthèses culturelles héritières, dans des proportions variables, à la fois de Rome et de la culture germanique. La Gaule mérovingienne, l’Espagne et l’Aquitaine wisigothiques, l’Etat lombard furent parmi les plus remarquables illustrations de cette époque qui, à la charnière de l’Antiquité et du Moyen Age, voit le centre de gravité de l’Occident se transférer durablement au nord de la Loire et des Alpes.

Les Francs, dont le nom est attesté dès le IIIe siècle mais dont les origines exactes restent en partie obscures, furent les principaux bénéficiaires de cette «migration de peuples» (Völkerwanderung). Longtemps divisés en Francs Saliens et en Francs Ripuaires, division aujourd’hui abandonnée, ils regroupaient eux-mêmes de nombreux peuples (Chamaves, Bructères, Amsivariens, Chattes, Sicambres, etc.). La France ne leur doit pas seulement son nom (à partir du milieu du VIe siècle, le mot Francia désigne la partie nord de la Gaule). Depuis les Mérovingiens, et singulièrement depuis Clovis (mort en 511), qui ne créa pas une nation mais une force historique, elle leur doit aussi plusieurs de ses dynasties, une partie de son vocabulaire (un demi-millier de mots au moins, dont les emprunts se placent en majorité entre le VIe et le IXe siècles), nombre de règles du droit féodal et certaines de ses institutions, à commencer par la «loi salique», sinon la royauté elle-même, qui est à l’origine élective (le prince est «élevé sur le pavois»), et non pas héréditaire.

L’influence germanique n’est pas moins remarquable dans les traditions populaires (qui ont fréquemment prolongé d’anciennes croyances et pratiques païennes), la toponymie (environ la moitié des noms de communes de la France du Nord sont d’origine germanique) et surtout l’anthroponymie (le système onomastique des Germains explique depuis le VIIe siècle la majorité de nos patronymes, noms de famille et prénoms). Hugues Capet, élu en 987, est le premier souverain du regnum Francorum dont nous savons avec certitude qu’il ne comprenait pas le francique, langue maternelle des premiers Carolingiens.

On ne reviendra pas ici sur la «querelle des deux races» qui, pendant des siècles, de Boulainvilliers à Augustin Thierry en passant par l’abbé Dubos, a rétrospectivement divisé la population française entre une aristocratie d’origine franque et un peuple d’origine gauloise, que la première aurait soumise. On notera seulement que les spécialistes continuent de discuter sur l’ampleur démographique des «grandes invasions» et sur la densité de leurs établissements, tout comme ils discutent encore de la possible influence des anciennes épopées germaniques sur les Chansons de geste des XIIe et XIIIe siècles (thèse soutenue par Gaston Paris, Arsène Darmesteter et Godefroid Kurth, mais rejetée par Joseph Bédier).


Quant au droit germanique, qui était un droit populaire ayant le caractère d’une coutume, il continua longtemps d’exercer son influence concurremment à celle des monuments du droit romain, conçus de façon plus théorique. «Son principe, c’est l’équité, a écrit Gonzague de Reynold. Communautaire, social, il accorde peu de place aux droits individuels. En revanche, la fidélité et l’honneur y prennent une très grande importance […] L’honneur a sa racine dans la considération dont jouit la personne au sein de la communauté ; la fidélité a la sienne dans la communauté elle-même. Honneur et fidélité déterminent donc la moralité du droit germanique. Ce sont des vertus inséparables : qui est sans fidélité est sans honneur, qui est sans honneur est sans droits» (Les Germains. La formation de l’Europe V, Plon, Paris 1953, p. 389).


Pour se procurer Nouvelle Ecole 63-64 sur le site Eléments, cliquez ici
Pour se procurer Nouvelle Ecole 63-64 sur le site Alain de Benoist, cliquez ici




Nouvelle École n°62 : Théologie politique

Nouvelle École n°62 : Théologie politique
A douze ans d’intervalle, deux événements à la portée symbolique opposée : la chute du Mur de Berlin en 1989 et l’effondrement des Twin Towers le 11 septembre 2001. Le premier a été considéré dans les milieux libéraux comme marquant la fin des totalitarismes et la naissance d’une ère de prospérité et de paix universelle débouchant sur la «...




Nouvelle École n°61 : Les Romains

Nouvelle École n°61 : Les Romains
Rome a trop longtemps été emprisonnée dans des stéréotypes : d’un côté les mœurs austères de la République, l’idéal pragmatique du paysan-soldat, Cincinnatus et le serment de Regulus, de l’autre le Satyricon et le carpe diem, les jeux du cirque et les orgies. S’il y a un « miracle » grec, il y a un mythe romain. Carl Schmitt soutenait, non...




Nouvelle École n°59-60 : Oswald Spengler

Nouvelle École n°59-60 : Oswald Spengler
Le principal reproche adressé à Spengler porte évi­demment sur son « fatalisme » et son déterminisme. La question est de savoir jusqu’à quel point l’homme est prisonnier de sa propre histoire. Au point de ne pouvoir jamais en modifier le cours ? C’est là que le débat commence. Arnold Toynbee, que l’on a souvent comparé à Spengler, niait que...




Nouvelle École n°58 : Les Grecs

Nouvelle École n°58 : Les Grecs
La pensée grecque a été une pensée aurorale, matinale, initiale, et par là destinale. Elle a été un commencement de la pensée, elle nourrit une pensée du commencement. Ce commencement est en réserve. Il se tient dans le retrait de l’Être. « La tâche qui revient à notre pensée aujourd’hui, écrit Heidegger, c’est de penser ce qui...




Nouvelle École n°57 : Georges Sorel

Nouvelle École n°57 : Georges Sorel
Sorel n’a jamais travaillé à une théorie pratique de la révolution, mais à une réflexion en profondeur sur les présupposés de l’action, c’est-à-dire sur les conditions morales et sociales d’une régénération. Il fut l’homme de l’intransigeance, et cette intransigeance explique sa solitude. Sorel ne fut...





Nouvelle École n°56 : Knut Hamsun

Nouvelle École n°56 : Knut Hamsun
Il y a un mystère Knut Hamsun. Alors même que la quasi-totalité de son œuvre a été traduite en français, alors même qu’on a tiré de ses ouvrages de très nombreux films ou téléfilms, alors même que, contrairement à tant d’autres, ses livres ne sont « ni vieillis ni démodés » (Hubert Nyssen), il reste encore méconnu du public...




Nouvelle École n°55 : Géopolitique

Nouvelle École n°55 : Géopolitique
Dans le passé, la géopolitique exerçait ses contraintes principalement au niveau des États qui, de nos jours, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise irréversible. Aujourd’hui, elle révèle des logiques continentales, que les agissements désordonnés des États ont longtemps masquées, mais qui sont plus...




Nouvelle École n°53-54 : Le fascisme

Nouvelle École n°53-54 : Le fascisme
Le XXe siècle a sans nul doute été le siècle des fascismes et des communismes. Le fascisme est né de la guerre et mort de la guerre. Le communisme, né d’une explosion politique et sociale, est mort d’une implosion politique et sociale. Il ne peut y avoir de fascisme qu’à un stade donné du processus de modernisation et d’industrialisation, stade...




Nouvelle École n°52 : Christianisme

Nouvelle École n°52 : Christianisme
Au sommaire : « Le christianisme et les religions du Livre », par Pierre Le Vigan « Jésus sous l’œil critique des historiens », par Alain de Benoist « Jésus et ses frères », par Alain de Benoist « La persécution contre les païens, de la conversion de Constantin (312) à la mort de Justinien (565) », par Alexandre Gryf Et aussi… « Bibliographie...




Nouvelle École n°51 : Friedrich Nietzsche

Nouvelle École n°51 : Friedrich Nietzsche
« Nietzsche, disait Giorgio Colli, est l’individu qui, à lui seul, a élevé le niveau global de nos pensées sur la vie, et il y est parvenu par un puissant détachement à l’égard des hommes et des choses qui l’entouraient, si bien que nous sommes contraints de partir du niveau qu’il a imposé [...]. Pour ceux qui se sont libérés de leurs chaînes...






Nouvelle École n°50 : Les années trente

Nouvelle École n°50 : Les années trente
Durant les années de feu, quelques penseurs se sont pourtant révélés inclassables. En marge des grands courants qui dominaient leur époque, en marge aussi des événements qui en orientaient la course, ils se sont efforcés, à des titres divers, de penser au-dessus du temps. Ce sont quelques uns d’entre eux, qui se voulaient en rupture par rapport aux...




Nouvelle École n°49 : Les indo-européens

Nouvelle École n°49 : Les indo-européens
La modernité s’est voulue consommatrice et, finalement, liquidatrice du passé. Elle tend toujours plus à ignorer ce qui en lui constitue une dimension fondatrice du présent. Sur le passé le plus lointain, elle se révèle même franchement amnésique. L’héritage indo-européen fait pourtant partie de la mémoire la plus longue, et c’est pourquoi sa...




Nouvelle École n°48 : Ernst Jünger

Nouvelle École n°48 : Ernst Jünger
Le XXe siècle est le siècle où le Prix Nobel n’a pas été attribué à Ernst Jünger. C’est une façon comme une autre de le définir. Le XXe siècle n’a pas distingué l’écrivain qui s’y est distingué lui-même en le traversant de part en part, spirituellement et physiquement. Le Prix Nobel n’a pas été attribué à l’homme qui a...




Nouvelle École n°47 : Tradition

Nouvelle École n°47 : Tradition
Au sommaire : « L’idéologie tripartite dans l’œuvre de René Guénon », par Pierre Maugué « Ananda K. Coomaraswamy, de l’idéalisme à la tradition », par Giovanni Monastra « Julius Evola, des théories de la race à la recherche d’une anthropologie aristocratique », par Giovanni Monastra « Mon itinéraire de Dante à Guénon », par Vintila...




Nouvelle École n°46 : Les écrivains

Nouvelle École n°46 : Les écrivains
Au sommaire : « “Les Deux Étendards” de Lucien Rebatet ou l’impossible exigence du sacré », par Christophe Chesnot « Villiers de L’Isle-Adam ou la lumière des siècles », par Luc-Olivier d’Algange « Stendhal diplomate », par Dominique Pradelle « Céline vu de gauche, vu de droite », par Philippe Alméras « Gabriel Matzneff ou l’enfer de...





Nouvelle École n°45 : Économie, les voies non orthodoxes

Nouvelle École n°45 : Économie, les voies non orthodoxes
Au sommaire : « Friedrich List et son “Système d’économie politique” », par Michel Sallon « Notice bio-bibliographique sur Friedrich List », par Alain de Benoist « Analyse économique du protectionnisme. Vieilles aires et nouveaux sillons », par Bernard Notin « La théorie moderne du circuit ou la formation d’un paradigme économique non...




Nouvelle École n°44 : Carl Schmitt, 1888-1985

Nouvelle École n°44 : Carl Schmitt, 1888-1985
Au sommaire : « Les lignes de force de la pensée politique de Carl Schmitt », par Julien Freund « Carl Schmitt : “Fossoyeur de la République”, “Kronjurist” ou “dernier classique” ? », par Günther Maschke « Schmittistes de droite, schmittistes de gauche et… schmittistes établis », par Armin Mohler Et aussi… « Joseph Roth ou la nostalgie...




Nouvelle École n°43 : La physique comme conception du monde

Nouvelle École n°43 : La physique comme conception du monde
Au sommaire : « Philosophie de la physique », par Yves La Plaine « 1870-1930 : histoire “biographique” d’une révolution scientifique », par Anne Jobert « 1930-1985 : la physique comme représentation du monde », par Patrick Trousson « Lectures du réel », par Anne Jobert « Le déterminisme et la physique contemporaine », par Claire...




Nouvelle École n°42 : Archéologie

Nouvelle École n°42 : Archéologie
Au sommaire : « Les Vikings en Amérique », par Frédéric Durand « Bibliographie » « Culture mégalithique et archéoastronomie », par Yvan Verheyden « Bibliographie » Et aussi… « Le “style” fasciste », par Armin Mohler « L’école de Palo-Alto et les théories de la communication », par Georges Charbonneau « Spengler, Marx, Heidegger :...




Nouvelle École n°41 : Littérature et idéologie 2

Nouvelle École n°41 : Littérature et idéologie 2
Le siècle, aveugle, tâtonne au bord de l’abîme. Intellectuels et écrivains se sont jetés à corps perdus dans toutes les idéologies : l’époque moderne n’a rien inventé, mais elle a été un prodigieux laboratoire d’expérimentation. Le plus souvent, pourtant, l’expérience a débouché sur la désillusion, et parfois sur l’horreur. Les...






Nouvelle École n°40 : Littérature et idéologie

Nouvelle École n°40 : Littérature et idéologie
Au sommaire : « Ernst Jünger : La Figure du Travailleur entre les dieux et les titans », par Alain de Benoist « À propos du “Travailleur” », par Ernst Niekisch « René Char ou la parole retrouvée », par Jacques Delort « L’univers infini de John Cowper Powys », par Luc-Olivier d’Algange « Les désarrois du lieutenant Musil », par Alain...




Nouvelle École n°39 : La culture de masse

Nouvelle École n°39 : La culture de masse
Au sommaire : « Vers la médiatisation totale », par Guillaume Faye et Patrick Rizzi « La culture de masse en question », par Christopher Lasch « “Documents” », par Jürgen Habermas, Serge Moscovici et Régis Debray  « Le “muralismo mexicano”, un art populaire de notre temps », par Armin Mohler « Heidegger et la question du dépassement du...




Nouvelle École n°38 : Darwinisme et société

Nouvelle École n°38 : Darwinisme et société
Au sommaire : « Darwinisme social : la guerre de cent ans », par Yves Christen « Sélection naturelle et civilisation », par Charles Darwin « Les hommes qu’il nous faut », par Léonard Darwin « La génétique humaine et les limites de l’eugénique », par J.B.S. Haldane « Le mythe du “déterminisme génétique” », par Richard Dawkins « Sciences...




Nouvelle École n°37 : Lectures de Heidegger

Nouvelle École n°37 : Lectures de Heidegger
Considéré par beaucoup comme le plus grand philosophe de notre temps, Martin Heidegger, disparu voici quelques années, méritait sans nul doute que Nouvelle École lui consacrât un numéro. Entreprise justifiée, sans doute, mais audacieuse : comment écrire sur un homme et une œuvre auxquels tant de commentaires et d’ouvrages ont déjà été consacrés...




Nouvelle École n°36 : Vilfredo Pareto

Nouvelle École n°36 : Vilfredo Pareto
La sociologie est à la mode, mais Pareto ne l’est pas. La sociologie est à la mode parce qu’elle permet appliquée à tout propos, de passer sous silence les dimensions historiques des faits sociaux. La sociologie de Pareto au contraire demeure une des seules à conserver une démarche historico-comparative, ce qui heurte de front la conception dominante...




Nouvelle École n°35 : Figures

Nouvelle École n°35 : Figures
Au sommaire : « Apollon », par Friedrich Georg Jünger « Une interprétation de Georges Sorel », par Julien Freund « La dernière journée de Montherlant », par Christian Georges « Werner Heisenberg », par Claire Wagner « Arthur Moeller van den Bruck : une “question à la destinée allemande” », par Alain de Benoist « Giuseppe Prezzolini, un...




Nouvelle École n°34 : 1968-1980

Nouvelle École n°34 : 1968-1980
La revue Nouvelle École est née il y a une dizaine d’années de la préoccupation commune d’un certain nombre de jeunes universitaires, de jeunes écrivains et de jeunes chercheurs, désireux de jeter sur le monde des idées contemporaines un regard à la fois critique et positif, entièrement distinct des idéologies à la mode. Il s’agissait de partir...




Nouvelle École n°33 : L’idée nominaliste

Nouvelle École n°33 : L’idée nominaliste
« Nominalisme » : un mot qui surgit, de façon inattendue, dans le débat des idées. Mais précisément, on s’affronte aujourd’hui sur des sujets inattendus. Bernard-Henri Lévy, dans Le testament de Dieu (Grasset, 1979), pose la question : monothéisme ou polythéisme ? C’est une façon, parmi d’autres, d’aborder une alternative plus générale :...




Nouvelle École n°31-32 : Richard Wagner 2

Nouvelle École n°31-32 : Richard Wagner 2
La pensée wagnérienne met l’accent sur la conscience historique, trait fondamental du spécifique humain. Dans le même temps, le mythe se situe délibérément dans l’« ultra-histoire ». Enraciné dans le génie populaire, mis en forme par la création culturelle, il nous parle de toute éternité. Montant la garde aux frontières de l’inconscient et...




Nouvelle École n°30 : Richard Wagner

Nouvelle École n°30 : Richard Wagner
« Du tréfonds dionysiaque de l’âme allemande, une force est remontée à la surface qui n’a rien de commun avec les fondements de la culture socratique et que ces fondements-là ne sauraient ni expliquer ni justifier ; bien plus : une force ressentie par cette culture comme quelque chose d’inexplicable, de terrifiant, d’hostile par excellence. Je...





Nouvelle École n°29 : Mélanges

Nouvelle École n°29 : Mélanges
Au sommaire : « Pathologie de la civilisation et liberté de la culture », par Konrad Lorenz « Les ravages de la morale », par Jean Dutourd « Vilfredo Pareto et le pouvoir », par Julien Freund « Pareto sociologue : un survol », par Georges H. Bousquet « Caspar David Friedrich, peintre de l’intériorité romantique », par François Dirksen «...




Nouvelle École n°27-28 : L’Amérique

Nouvelle École n°27-28 : L’Amérique
« Une seule nation qui parvient à faire baisser l’intelligence, la moralité, la qualité de l’homme sur presque toute la surface de la terre, cela ne s’est jamais vu depuis que le globe existe. J’accuse les États-Unis d’être en état constant de crime contre l’humanité ». Montherlant, Le chaos et la nuit Au sommaire : « Il était une fois...




Nouvelle École n°25-26 : L’éthologie

Nouvelle École n°25-26 : L’éthologie
« Ma réflexion me conduit à croire que les lois biologiques qui régissent les cellules vivantes, leur organisation en tissus et en êtres vivants, sont transposables aux groupes d’êtres vivants. C’est ce que j’appelle la biopolitique. La politique, n’est-ce pas l’art de l’organisation des groupes en société ? Cette théorie biopolitique...




Nouvelle École n°24 : Mélanges

Nouvelle École n°24 : Mélanges
Au sommaire : « La religion grecque et le mysticisme », par Philippe Conrad « Les “étrangetés” de l’univers », par Louis Rougier « La logique de l’événement et l’antagonisme universel », par Stéphane Lupasco « Les Indiens blancs du Paraguay », par Jacques de Mahieu « L’affaire des manuscrits “Oera Linda” », par Frans J....




Nouvelle École n°23 : Psychiatrie d’aujourd’hui

Nouvelle École n°23 : Psychiatrie d’aujourd’hui
Au sommaire : « Itinéraire » « L’“arbre” de la psychiatrie », par Pierre Debray-Ritzen « L’origine génétique des maladies mentales », par Quentin Debray « Les tests en psychiatrie », par Claude Bursztejn « La psychopharmacologie », par Edouard Zarifian « La toxicomanie », par Henri Loo « Le déclin et la chute de l’Empire freudien »,...





Nouvelle École n°21-22 : Georges Dumézil et les études indo-européennes

Nouvelle École n°21-22 : Georges Dumézil et les études indo-européennes
À la limite, le terme « indo-européen » s’applique même à tout ce que nous aimons dans le spectacle exaltant d’une aventure déjà vécue par d’autres générations, par opposition à tout ce que nous n’aimons pas et à tout ce qui nous laisse indifférents. Mais l’étude et le « culte » de ce passé que nous avons choisi et qui nous a choisis...




Nouvelle École n°20 : Henry de Montherlant

Nouvelle École n°20 : Henry de Montherlant
Montherlant s’est intéressé à « tout ce qui porte la jeunesse en avant ». Il a célébré le sport et l’épreuve, les nuques roides et les âmes fortes. Il a décelé chez les rêveurs des êtres de petite santé : « Il y a dans Rousseau quelque chose de malsain, quelque chose qui sent la dent gâtée et le lait aigri ». Il s’est prononcé pour un...




Nouvelle École n°19 : Les théories économiques

Nouvelle École n°19 : Les théories économiques
Au sommaire : « Itinéraire » « Histoire des doctrines économiques », par Michel Norey « Le vocabulaire de la question » Et aussi… « Bibliographie » « Entretien avec J.D.J. Hofmeyr et Wesley C. George » « Le mythe cosmogonique indo-européen : reconstruction et réalité », par Giorgio Locchi « Courrier...




Nouvelle École n°18 : L’évolution

Nouvelle École n°18 : L’évolution
Héraclite d’Ephèse disait : « On ne peut connaître la nature des choses que lorsqu’on connaît leur origine et leur évolution ». L’anthropogenèse date du siècle dernier, la biogenèse de la période contemporaine : nous commençons à connaître la nature des systèmes vivants. La science de l’évolution, comme la linguistique, est une science...




Nouvelle École n°17 : Les Celtes

Nouvelle École n°17 : Les Celtes
Le sujet auquel on revient toujours : le déclin de la Celtie. Contraste saisissant entre l’ampleur et la brièveté. Vers l’an 500 avant notre ère, l’Empire celtique s’étendait sur l’Europe entière, ou peu s’en faut. Mais les conquêtes n’ont pas duré. Au fil des siècles, de défaite en défaite, les Celtes ont abandonné leurs positions, et...




Nouvelle École n°16 : Mélanges

Nouvelle École n°16 : Mélanges
Au sommaire : « La chasse sauvage, mythe exemplaire », par Jean-Jacques Mourreau « Élites et tertiairisation », par Hervé Lavenir « Cytogénétique et anthropologie », par Yves Christen « La Sémantique générale et les méthodes d’évaluation non-aristotéliciennes », par Jean-Yves Le Gallou Et aussi… « Bibliographie » « Le...




Nouvelle École n°15 : Langues et littératures celtiques

Nouvelle École n°15 : Langues et littératures celtiques
Ce numéro, consacré aux langues et littératures celtiques, et celui qui lui fera suite dans quelques mois, sur La civilisation celtique, sont les premiers d’une série que Nouvelle École, au fil des années, publiera sur les peuples européens d’hier et d’aujourd’hui. Cette série commence par l’étude des populations celtes, dont nous descendons...



Nouvelle École n°14 : L’eugénisme

Nouvelle École n°14 : L’eugénisme
La question s’exprime en chiffres. Le 12 septembre 1967, le professeur Sivadon, président de la Ligue d’Hygiène mentale, déclarait au Congrès de Montpellier, devant des spécialistes venus de 55 pays : « Toutes les vingt secondes, un arriéré mental naît dans le monde. Les arriérés mentaux représentent une population équivalente à celle des...



Nouvelle École n°13 : L’empirisme logique

Nouvelle École n°13 : L’empirisme logique
Au sommaire : « Itinéraire » « L’empirisme logique et le “Wiener Kreis” », par Alain de Benoist « Empirisme logique et marxisme », par Alain de Benoist « L’empirisme logique en France », par Alain de Benoist Et aussi… « Bibliographie » « Du sens des énoncés », par Louis Rougier « Bertrand Russell et le Cercle de Vienne »,...




Nouvelle École n°12 : Hommage à Bertrand Russel

Nouvelle École n°12 : Hommage à Bertrand Russel
Au sommaire : « Itinéraire » « Une leçon de sagesse », par Louis Rougier « Russell et les mathématiques », par Robert Blanche « L’hypothèse et la croyance », par Marcel Boll Et aussi… « Stonehenge », par Jean-Jacques Mourreau « Le nouveau calendrier liturgique », par Alain de Benoist « “L’administration au pouvoir” de Charles Debbasch...




Nouvelle École n°11 : La condition féminine

Nouvelle École n°11 : La condition féminine
Nous assistons actuellement, selon l’expression de Mme Suzanne Lilar, à la « libération d’un prodigieux arc-en-ciel des instincts ». On ne saurait s’en plaindre, puisqu’il est bien connu que les civilisations meurent toujours de la mort de leurs instincts. Mais encore faut-il savoir de quels instincts il s’agit, et si cette libération de certains...




Nouvelle École n°10 : Mélanges

Nouvelle École n°10 : Mélanges
Au sommaire : « Itinéraire » « Le problème de l’avortement », par Jean-Claude Valla « Fouilles archéologiques en France et en Europe du Nord », par Yves Esquieu « Intégration scolaire et psychologie raciale », par Alain de Benoist « Les greffes d’organes », par Roger Vétillard Et aussi… « Bibliographie » « “Sociologie de la...




Nouvelle École n°9 : L’écriture

Nouvelle École n°9 : L’écriture
Ce numéro est consacré à l’écriture. On peut y voir un prolongement à notre numéro deux, consacré au langage, puisque la parole et l’écriture forment aujourd’hui un couple inséparable. Mais notre approche n’est pas la même. Nous avions, d’une certaine façon, mis en accusation le langage pour ce qu’en Occident, il a fait naître de...




Nouvelle École n°8 : La sexualité

Nouvelle École n°8 : La sexualité
Au sommaire : « Itinéraire » « Pour la liberté sexuelle », par Yves de Saint-Agnès « Les mutilations sexuelles », par Alain de Benoist « Océanographie : à la découverte d’un nouveau monde », par Pierre Vial « Faits et gestes » « Bibliographie » « Courrier »





Nouvelle École n°7 : La biologie

Nouvelle École n°7 : La biologie
Au sommaire : « Itinéraire » « Race, génétique et comportement », par Wesley C. George « Les navires vikings », par Jean-Jacques Mourreau « La caste des idéocrates » « Biologie moléculaire », par Pierre-Henri Reboux « “Le nouvel État industriel”, de John K. Galbraith », par Philippe Milliau « Signes des temps » « Faits et gestes » «...




Nouvelle École n°6 : Le Moyen-Âge

Nouvelle École n°6 : Le Moyen-Âge
Au sommaire : « Itinéraire » « Le Moyen-Âge : Panorama général », par Robert Blanc et Pierre Vial « La faillite de la Scolastique », par Louis Rougier « Les fêtes du solstice d’hiver », par Jean Mabire et Alain de Benoist « Nouveaux progrès en hématologie », par Pierre-Henri Reboux « L’histoire commence à Lepenski-Vir », par Yves...




Nouvelle École n°5 : Le Tiers-monde

Nouvelle École n°5 : Le Tiers-monde
Au sommaire : « Itinéraire » « Réalités du sous-développement », par Jean-Yves Péquay « Démographie mondiale : l’horizon 2000 », par Alain de Benoist « Les continents à la dérive », par Jacques Vernin « Le festival de Bayreuth 1968 », par Hans-Jürgen Nigra « L’Église et la polygamie » « “Le singe nu”, de Desmond Morris » « Signes...




Nouvelle École n°4 : Les valeurs

Nouvelle École n°4 : Les valeurs
Au sommaire : « Itinéraire » « Réflexions sur la question des valeurs », par Gilles Fournier « Le judaïsme, morale et religion », par Julien Lebel « Du nouveau sur les Étrusques » « Les deux sens du mot “Gift” » « Le probabilisme et la contraception » « A-t-on retrouvé les reliques de l’apôtre Pierre ? » « Des signaux dans l’espace :...




Nouvelle École n°3 : L’anthropologie

Nouvelle École n°3 : L’anthropologie
Au sommaire : « Itinéraire » « Le processus biologique de la formation raciale », par Donald A. Swan « Différenciation raciale et anthropologie physique », par Donald A. Swan « Race, sélection et caractères psychiques », par Donald A. Swan « Race et psychologie », par Donald A. Swan « Aberrations chromosomiques et comportement criminel » «...




Nouvelle École n°2 : La linguistique

Nouvelle École n°2 : La linguistique
Au sommaire : « Itinéraire » « De la langue à la structure. Procès du langage », par Alain de Benoist « Linguistique et sciences humaines », par Giorgio Locchi « La linguistique soviétique et Nicolas Marr », par Jean-Claude Rivière « Une nouvelle éthique pour l’Occident », par Jacques Monod « Pourquoi la négritude », par Léopold Senghor «...





Nouvelle École n°1 : Mélanges

Nouvelle École n°1 : Mélanges
Au sommaire : « Le LSD et les altérations du stock génétique », par Alain de Benoist « Rome et la Judée », par Gilles Fournier « Hérédité psychologique, puzzle génétique et biologie moléculaire » « Louis Rougier et l’existence de Dieu » « Anthropologie : essai d’“arbre généalogique” » « La médecine “placebo” » « Courrier...










 > Les points de vente de la revue Nouvelle Ecole