Alain de Benoist - Les Conversations de Pierre-Marie Couteaux - TV Libertés


Alain de Benoist

Alain de Benoist

Debenoist-V10

A voir ou revoir sur le blog Eléments :


http://www.alaindebenoist.com/index.php/les-conversations-de-paul-marie-couteaux/
A revoir aussi sur le site des Amis d'Alain de Benoist



Les conversations de Paul-Marie Couteaux” sur TV Libertés, une émission qui part à la découverte d’une personnalité en six épisodes de 35 minutes. La première série est consacrée à Alain de Benoist. 

C’est l’occasion de découvrir les passions, les souvenirs et les éléments fondateurs de la vie d’une célébrité pour mieux comprendre son œuvre. Volontairement intimiste, “Les conversations de Paul-Marie Couteaux” sont filmés in situ, là où ces personnages hors du commun trouvent leurs forces et leur inspiration.



Quelques commentaires de Pierre Bérard
Source : revues de presse, blog Eléments



Cinquième épisode des conversations entre Paul-Marie Coûteaux et Alain de Benoist dans l’une des bibliothèques de ce dernier. Sont abordés successivement la chape de plomb des années 80 et 90, la chute du mur de Berlin et la tentation unipolaire des États-Unis d’Amérique aboutissant aux  guerres du Golfe et des Balkans afin de les « remodeler » et d’y imposer leur conception du Nouvel Ordre Mondial.
 Autant de boîtes de Pandore conduisant au chaos actuel. Il rappelle qu’il était au premier rang des manifestants avec Alain Krivine et André Krasucki contre les bombardements de Belgrade. C’est aussi l’époque où une tendance du Parti Communiste Français cherchait à s’ouvrir à des éléments droitiers et où elle finançait L’Idiot International de Jean-Edern Hallier. À propos de Mitterrand qu’il reconnait comme notre dernier président de droite, ne serait-ce que par ses goûts littéraires, il suggère que se ralliant à la société de marché lors du tournant de 1983 , il baissa du même coup les bras devant le système de l’argent. De Benoist reconnait sa dette envers Péguy et Bernanos, des auteurs chrétiens qui haïssaient l’argent, équivalent universel qui permet de transmuer toute qualité en simple quantité. Il revient dès lors sur l’anthropologie libérale qui définit l’homme comme un individu producteur et consommateur doté de droits fondés en nature et donc pré-sociaux et pré-politiques d’où les ennemis principaux désignés par de Benoist; sur le plan étranger, les États-Unis, sur le plan social; la bourgeoisie, et le libéralisme sur le plan doctrinal. L’anthropologie libérale  considère la diversité constitutive du monde comme un obstacle à réduire, ce qui la rapproche du point de vue des fins de tout les totalitarismes. Réflexion pertinente sur la Révolution Française à la fois progressiste et désireuse de balayer le passé synonyme de superstitions et se référant sans cesse aux Grecs et aux Romains.





Quatrième épisode des conversations entre Alain de Benoist et Paul-Marie Coûteaux. De Benoist s’exprime successivement sur sa critique de l’immigration qui ne sombre jamais dans la xénophobie. Il éreinte le cosmopolitisme ambiant qui se réclame d’un Autre tout en le pensant comme un Même. Il souligne la confusion entourant l’islam opposé aux « racines chrétiennes » de l’Europe, alors qu’en toute bonne logique le terme de racine renvoie à ce qu’il y a de plus ancien. Il rend de ce point de vue un vibrant hommage à l’indo-européanisant Georges Dumézil qui fut son ami et explique que la Grèce étant le lieu d’origine de la philosophie et de la tragédie il ne peut qu’y être sensible. Répondant à une question de Coûteaux il opère avec rigueur une distinction spenglérienne entre culture et civilisation. Il tance la définition de l’Europe comme « ouverte à l’ouverture » (Finkielkraut) ce qui est une manière de ne plus se soucier de savoir ce qu’elle est. Il reproche à l’Union Européenne d’avoir totalement discrédité l’idée même d’Europe. Il répète que l’identité loin d’être ce qui ne change jamais est ce qui nous permet de demeurer nous mêmes en changeant sans cesse. En l’état, il affirme que l’identité n’est pas une essence mais bien une substance et pour ce qui concerne l’identité européenne il constate que cette substance se découvre essentiellement dans la philosophie critique et la dangereuse notion d’objectivité qu’on ne trouve nulle par ailleurs sur les autres continents. Il revient pour finir sur l’aventure du Figaro-Magazine et la progressive « orléanisation » de la droite qui l’amène à refuser dorénavant d’en revêtir l’habit chamarré.





Alain de Benoist revue Eléments
Article paru dans Eléments n°157

Sur le spécial "Maurras" de la revue Nouvelle Ecole - StreetPress



MARCEL GAUCHET EN COUVERTURE DE LA REVUE D’EXTRÊME DROITE «ÉLÉMENTS»
GROGNE À L’ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES OÙ IL ENSEIGNE

Marcel Gauchet EHESS Revue Eléments n°164
















Mais que vient faire le très respecté philosophe Marcel Gauchet en Une d’Éléments, 
la revue phare de la Nouvelle droite, un des courants de la droite radicale ? 
A l’EHESS où Gauchet enseigne, des profs montent au créneau.



Doigt tendu, un peu à la manière de l’Oncle Sam sur de vieilles affiches de la conscription, yeux clairs et lèvres plissées… Marcel Gauchet est en Une d’Éléments, la revue phare de la Nouvelle droite. Le très respecté philosophe succède en couv’ du magazine à Patrick Buisson et précède un encart pour le… spécial « Maurras » de la revue Nouvelle École ou encore une pub pour un colloque de l’extrême droite néo-païenne !

C'est que Gauchet, éminent spécialiste de philosophie politique, vient de publier son nouveau livre : L’avènement de la démocratie, le nouveau monde. Et pour l’occasion, il enchaîne les interviews : le Point, France Inter…
Mais à peine en kiosques, le numéro 164 de la revue Éléments fait grincer des dents. A l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), une institution plutôt à gauche, où Marcel Gauchet est toujours prof, le papier a du mal à passer. Étudiants, profs, personnels administratifs voient rouge. Le syndicat Sud rédige même un tract pour dénoncer la confusion des genres. « Ce n’est pas normal que des directeurs d’étude amènent de l’eau au moulin à cette revue » insiste Sylvain Laurens, maître de conférence en sociologie : 
« La nouvelle droite, ce n’est pas n’importe quoi. »

LA NOUVELLE DROITE KÉZAKO ?

Fondée en 1973 par Alain de Benoist, la revue Éléments était en son temps le navire amiral du Grece, le groupement de recherche et d’étude pour une civilisation européenne. « Ça n’a duré que quelques mois. Depuis Éléments est un magazine indépendant qui s’est donné comme but de faire émerger de nouveaux clivages », coupe tout net Alain de Benoist quand on lui passe un coup de fil.
ITW A Boulevard Voltaire, on se réjouit de la nouvelle
Sauf que de Benoist essaye de se racheter une virginité pour pas cher : car pendant de longues années, sa revue a eu pour surtitre « la revue de la nouvelle droite ». Mais de Benoist de poursuivre : 
« Aujourd’hui, il existe des clivages plus pertinents que le clivage gauche / droite, autour des notions de souveraineté, d’identité ou d’Europe. »
Théoricien de « la nouvelle droite », de Benoist a largement contribué à renouveler les logiciels idéologiques de plusieurs partis d’extrême droite européens (dont le FN), notamment en repensant les clivages politiques.
Dans ses colonnes, entre des articles d’actu, la revue se fait souvent l’écho des positions les plus à droites de l’échiquier politique. Elle ouvre aussi les pages du mags à des intellos plutôt à gauche et à d’éminents profs de fac. Parmi ses plus belles prises : Michel Maffesoli, Michel Onfray, Bernard Langlois, fondateur du magazine Politis et d’Attac, Pierre Manent ou Jacques Sapir, tous deux directeurs d’études à l’EHESS. Dans les colonnes de la revue, l’économiste aujourd’hui proche du FN et chroniqueur pour Russia Today déclarait : 
« Jean-Luc Mélenchon a les problèmes d’une vierge. Elle est appelée à ne pas le rester, sinon elle devient une vierge rance. »

PETITE TEMPÊTE

A l’Ecole des Hautes Etudes des Sciences Sociales, la publication d’Éléments a pas mal fait parler. Outre les habituels bruits de couloir dont le milieu universitaire est coutumier, le syndicat Sud a envoyé un tract à l’ensemble des personnels, enseignants ou étudiants que compte l’institution… sans grand succès.
tract_sud_0.jpg
 « On n’est pas dupes… Alain de Benoist essaie de capter une partie du monde intellectuel pour faire de sa revue un lieu de débat non affilié à un parti » explique Sylvain Laurens, l’un des profs auteur du tract : 
« Aujourd’hui, on fait comme si cette revue était neutre. »
La polémique parcourt les milieux universitaires. « On demande à des intellos de participer à cette revue alors qu’ils ne sont pas de ce bord », ajoute Philippe Marlière, prof à Londres : 
« Jean-Yves Camus (éminent spécialiste de l’extrême droite, ndlr) a été interviewé par Éléments. Avec plusieurs collègues, on s’étonne beaucoup de tout ça. »
Dans les étages du 105 boulevard Raspail, Sylvain Laurent se sent pourtant bien seul. Malgré les témoignages de sympathie, bien peu de profs ont dénoncé publiquement l’interview de Gauchet. « Il n’y a pas vraiment de mobilisation. Ce sont des directeurs d’études émérites (ils sont à la retraite, ndlr), ils ne sont pas centraux. Et puis ce sont des figures compliquées à attaquer », poursuit le jeune chercheur.
Pour Jean-Louis Fabiani, directeur d’études en sociologie, le silence des profs s’explique aussi par la « tradition libérale » de l’École. « On ne commente pas les propos d’un collègue. On ne peut pas s’orienter vers une police de la pensée. » Et même si l’interview de Gauchet, son vieux camarade de fac, le choque, l’homme a décidé de ne pas prendre partie : 
« S’indigner, ça autorise aussi mes collègues de s’indigner contre moi. »
« Il y a un jeu pervers de la part de cette revue et de ceux qui acceptent de répondre, c’est sûr », renchérit Gilles Bataillon, lui aussi directeur d’études à l’EHESS. Avant de conclure : 
« Mais il n’y pas de quoi s’énerver. Moi je juge Gauchet sur ses textes. »

« CETTE ACCUSATION EST COMPLÈTEMENT IDIOTE »

Du côté d’Éléments, on s’amuserait presque de cette polémique naissante. « Dire qu’il y a une quelconque stratégie de récupération, c’est complètement idiot. Gauchet met les pieds où il veut », soupire Alain de Benoist. De son côté, Marcel Gauchet ne voit aucun problème à apparaître dans Eléments. « C’est une revue de bonne facture. J’ai l’impression que de Benoist a mis de l’eau dans son vin par rapport aux conneries qu’il a dites dans le temps » explique l’intellectuel (il a par exemple, en son temps, défendu l’apartheid) : 
« Ça n’a plus rien à voir avec les trucs indo-européens. »
Quant à la polémique, c’est la preuve de la « persistance du sectarisme de l’extrême gauche », insiste t-il : 
« Cette gauche totalitaire qui rêve de camps de concentration. »
Sur Twitter, les journalistes d’Éléments invitent même leurs détracteurs à lire Krisis, une autre revue proche du Grece. Dans le dernier numéro, on retrouve un article d’une autre figure de l’EHESS : Dominique Schnapper, spécialiste de l’antiracisme, présidente du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, et ex-membre du Conseil Constitutionnel.

PAS DE RÉVOLTE CHEZ LES ÉTUDIANTS

Du côté des étudiants, le vent de la révolte ne souffle pas franchement. Même si certains d’entre eux, comme Juliette, thésarde, sont choqués par l’interview : 
« Gauchet brouille les pistes. On est dans une période où l’extrême droite est forte. Il faut être clair. »
Pas facile pourtant de lancer une mobilisation à l’École des Hautes Études. « On n’a pas vraiment d’espace pour se réunir par exemple. Je trouve ça dommage. »
Si l’encéphalogramme politique de l’école reste plat, pas de risque pourtant que ce bastion de la gauche bascule à droite. « L’autorité intellectuelle de Gauchet ou Manent est nulle chez les jeunes », opine Jean-Louis Fabiani : 
« L’an dernier, je donnais cours après Manent. L’amphi était plein mais c’était l’université du 4e âge. Il n’y avait que des personnes âgées. On aurait dit des vieux de l’OAS ! »

Alain de Benoist sur Charles Maurras



"Maurras est aujourd’hui l’un de ceux, innombrables, qui font les frais de l’inculture contemporaine" Alain de Benoist




Alain de Benoist - Charles Maurras - Nouvelle Ecole



Christian Bouchet : Vous avez écrit sur Charles Maurras, vous êtes connu comme possédant dans votre bibliothèque un rayon de Maurassiana que nombre d’Universités vous envieraient, vous êtes-vous jamais considéré comme maurrassien ou, a minima, comme influencé par sa pensée ?



Alain de Benoist : Non, jamais. À l’âge de seize ans, j’ai fréquenté pendant quelques mois un cercle d’Action française. Ce que j’y ai entendu ne m’a pas convaincu. Par la suite, j’ai du lire cinq ou six cents livres de et sur Maurras – j’ai même publié une bibliographie maurrassienne de près de deux cent cinquante pages –, sans que cela fasse de moi un disciple du maître de Martigues. La pensée de Maurras est à la fois l’héritière de l’école contre-révolutionnaire et du positivisme d’Auguste Comte ; or, je ne suis ni un positiviste ni un contre-révolutionnaire. Maurras était convaincu qu’aucune forme de souveraineté politique ne pouvait s’étendre au-delà de la nation ; je suis un Européen convaincu. Maurras pensait que la solution des problèmes de la France impliquait un retour à la monarchie. Qui peut encore croire cela aujourd’hui dans notre pays – exception faite peut-être des immigrés marocains qui sont généralement de grands admirateurs de leur roi ? Que l’état général de la société soit aujourd’hui le même dans tous les pays occidentaux, qu’ils soient des républiques ou des monarchies, montre que Maurras surestimait nettement les mérites de l’institution.



Idéalisant l’Ancien Régime, Maurras n’a pas vu comment la monarchie française, désireuse de liquider l’ancien ordre féodal, a constamment promu la bourgeoise au détriment de l’aristocratie, ni comment elle s’est employée à mettre en œuvre un processus de centralisation politique et de rationalisation administrative que la Révolution, comment l’avaient bien vu Tocqueville, Renan ou Sorel, a seulement accélérée et aggravée. Hostile à la Révolution, il se réclamait du nationalisme, sans réaliser que c’est seulement à partir de 1789 que le mot « nation » prend un sens politique : « Vive la nation ! » est à l’origine un cri de guerre contre le roi.



Je suis tout aussi en désaccord avec le classicisme de Maurras (probable compensation de son romantisme intérieur), qui débouche souvent sur une apologie implicite du rationalisme, avec sa critique de la démocratie, que je trouve bien conventionnelle, et bien sûr avec sa germanophobie (les Allemands n’étaient pour lui que des « candidats à l’humanité » !). Lui qui admirait tant les « quarante rois qui ont fait la France » aurait dû se souvenir que les dynasties mérovingienne, carolingienne et capétienne étaient toutes d’origine germanique, et que le nom même de la France lui vient d’un conquérant germain.



Cela dit, n’ayant jamais été maurrassien, je ne m’en sens que plus libre pour affirmer l’importance de Charles Maurras dans l’histoire des idées. Maurras est certes resté aveugle sur bien des choses – il n’a aucun regard sociologique, ignore tout des doctrines économiques et, de façon générale, ne sait analyser aucun des facteurs à l’œuvre dans les dynamiques sociales –, mais son œuvre n’en est pas moins imposante, et même incontournable. Il représente en outre l’exemple rare d’un homme qui sut être à la fois un théoricien politique et un journaliste de haut niveau, tout en ayant aussi une production poétique et littéraire considérable, et en animant un mouvement politique qui a perduré pendant plus d’un siècle. Il y a enfin chez lui un héroïsme intellectuel auquel je suis sensible. Le problème, c’est que les gens de gauche se sentiraient déshonorés de lire Maurras, et que les gens de droite préfèrent regarder la télévision. Condamné par l’Église de 1926 à 1939, désavoué par son Prince, prisonnier de son public, victime de lui-même, Maurras est aujourd’hui l’un de ceux, innombrables, qui font les frais de l’inculture contemporaine. Moi qui n’ai jamais partagé ses idées, je trouve que c’est un scandale.



Christian Bouchet : Les héritiers politiques de Maurras relèvent, en quasi-totalité, de la butte-témoin idéologique et de l’engagement muséal. Comment se fait-il, alors que Maurras a eu quelques continuateurs brillants, que ceux-ci n’aient pas su actualiser sa pensée pour le XXIème siècle ?



Alain de Benoist : Il est difficile d’actualiser au XXIème siècle la pensée d’un homme qui, à bien des égards, était déjà dépassé au XXème. Maurras est avant tout un homme de la fin du XIXème siècle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la plupart des meilleurs analystes du maurrassisme estiment que la période de l’Action française la plus intéressante est celle de ses débuts. À l’époque où L’Action française n’était encore qu’une petite « revue grise », l’AF n’hésitait pas à professer des idées fédéralistes et socialisantes, ainsi que le faisait au même moment le jeune Barrès dans La Cocarde, et même à lancer des appels à la classe ouvrière. Maurras allait jusqu’à écrire : « Otez la démocratie, un communisme non égalitaire peut prendre des développements utiles » ! Mais l’AF s’est condamnée elle-même en 1914, en se ralliant au système au nom de l’« union sacrée » – erreur que Georges Sorel n’a pas commise. Après la Première Guerre mondiale, où elle paya d’ailleurs un lourd tribut, elle devient une ligue qui va devenir de plus en plus captive d’un public conservateur et réactionnaire.



Il est arrivé aux maurrassiens ce qui arrive à tous ceux qui se réfèrent à un seul maître, surtout quand celui-ci est l’homme d’un système (en l’occurrence le royalisme, dont il prétendait démontrer la nécessité à la façon d’un théorème). Victimes de leur dévotion pour le vieux Maurras qui-avait-tout-prévu et qui-ne-s’est-jamais trompé, ils ont été incapables de mesurer les limites de sa pensée, condition indispensable pour la renouveler. L’Action française, qui a été affectée durant toute son existence par d’innombrables scissions, est aujourd’hui en phase terminale. L’historiographie dont elle fait l’objet – et ce n’est sans doute pas une coïncidence – se porte au contraire plutôt bien. Je pense ici surtout à la série de colloques internationaux sur Maurras et l’Action française organisés à l’initiative d’Olivier Dard, de l’Université de Metz. La lecture des actes de ces colloques est absolument passionnante parce qu’elle nous apprend beaucoup de choses que l’on ignorait encore hier.



Christian Bouchet : Pensez-vous qu’un maurrassisme républicain soit possible et puisse être d’actualité ? Et tout particulièrement dans le champ des relations internationales ?

Alain de Benoist : Un « maurrassisme républicain » ? Un dévot d’Action française parlerait d’oxymore ! je n’y crois guère moi non plus, à moins de faire de cette formule un synonyme de ce qu’on appelle aujourd’hui le souverainisme – le thème de « la France seule » pouvant éventuellement servir de point de passage. Mais alors, ce sont les limites de ce souverainisme qu’il faudrait souligner. Les critiques des souverainistes sont souvent justes, mais ce qu’ils proposent relève du restaurationnisme. Un seul exemple : c’est très bien de dénoncer la « mondialisation libérale », mais si c’est pour en revenir au bon vieux capitalisme patrimonial, en s’imaginant qu’il cesse d’être un système d’exploitation dès lors que son action s’inscrit dans le cadre national, à mon avis, cela ne vaut pas la peine. Et puis, n’oublions quand même pas ce que Maurras écrivait dans L’Action française du 10 juin 1912 : « Ni implicitement ni explicitement, nous n’acceptons le principe de la souveraineté nationale, puisque c’est au contraire à ce principe-là que nous avons opposé le principe de la souveraineté du salut public, ou du bien public, ou du bien général » !


Charles Maurras Krisis Diffusion




Au sommaire du n°66 de Nouvelle Ecole :
 Un portrait de Charles Maurras (Olivier Dard)
Le jeune Maurras, félibre et fédéraliste (Rémi Soulié)
Maurras et l’abbé Penon (Axel Tisserand)
Heidegger et Maurras à Athènes (Baptiste Rappin)
La République, la bourgeoisie et la question ouvrière (Charles Maurras)
Kiel et Tanger ou la géopolitique maurrassienne (Martin Motte)
Entretien avec Gérard Leclerc
Maurras et le romantisme (Alain de Benoist)
Charles Maurras et le positivisme d’Auguste Comte (Francis Moury)
Maurras en Amérique latine (Michel Lhomme)
Antigone (Charles Maurras)
Pierre Boutang ex cathedra (Francis Moury)
Bibliographie maurrassienne : 2004-2016 (Alain de Benoist)

Et aussi :
Le slavophilisme, une utopie conservatrice russe (Vassily Leskov)
Siva et Dionysos (Jean Haudry)
Dépendance des États et globalisation (Teodoro Klitsche de la Grange)

Prix de vente: 25 euros TTC 
et Les Amis d'Alain de Benoist (port non inclus)



_________________________________________________________________________________

Charles Maurras sur l'avenir du roi, de la monarchie et de la France


Charles Maurras blog Nouvelle Ecole

FACULTE DES LETTRES D'AIX-EN-PROVENCE

Le 16 Septembre 1884
Baccalauréat 1ère partie
Epreuve de français
COPIE DE CHARLES MAURRAS,
ÉLÈVE DE PREMIÈRE A L'ÉCOLE SECONDAIRE LIBRE
DU SACRÉ-COEUR
En raison de l'épidémie de choléra qui sévissait dans la région, les épreuves du baccalauréat qui devaient se passer au mois de juillet avaient été repoussées jusqu'à la rentrée suivante.
DISSERTATION FRANCAISE



Turgot retiré au château de la Roche-Guyon chez la duchesse d'Enville écrit à Voltaire pour le remercier de l'appui qu'il lui a prêté pendant son ministère, pour lui expliquer les causes de sa disgrâce et lui exprimer son inquiétude pour l'avenir du roi, de la monarchie et de la France.




Monsieur,


Depuis longtemps vous avez appris ma retraite, et, je n’en doute pas, la chute d’un ami qui vous est si dévoué a dû éveiller en votre cœur un écho sympathique. Retiré dans une belle solitude et un peu distrait de mes noires pensées par les soins d’une attentive amitié, je commence à sortir de mon abattement ; aussi ne veux-je pas dire adieu pour toujours à la politique sans vous remercier de l’appui que m’ont donné votre nom et votre réputation universelle. Lorsqu’on est pressé de tous côtés d’intrigues et de difficultés, il est bien doux d’entendre une voix amie vous approuver, vous exciter, s’il en est besoin, à la poursuite du bien que l’on s’est proposé d’atteindre ; mais combien plus douce encore est cette voix quand elle part d’un homme élevé comme vous l’êtes dans l’admiration et le respect de tous ! C’était en effet votre œuvre que vous souteniez en moi, ces réformes que j'ai rêvées toute ma vie et que j’ai essayé d’accomplir pendant les deux années de mon ministère, abolition de la corvée, impôt territorial, abolition des jurandes et des maîtrises, tout cela part de vous. Le siècle est votre élève, c’est vous qui l’avez initié aux conquêtes de la raison, et je n’ai fait que continuer en politique votre œuvre en philosophie.

Aujourd’hui l’on m’a arrêté sur la voie pour revenir aux anciennes routines ; pour combien de temps ? je ne sais, et c’est ce qui cause mon inquiétude.

Ma chute est la conséquence d’une agitation que vous avez dû observer aussi bien que moi pendant le cours de mon ministère. Deux opinions extrêmes se partageaient et se partagent encore la nation. Les uns, théoriciens élevés à l’école de Sparte et de Rome, ne voyant de salut que dans les mesures radicales, ne comprenant rien aux difficultés du gouvernement et aux exigences de la politique, n’ont cessé de me compromettre en me reprochant ma lenteur et ma sagesse : ce sont ceux qui veulent démolir l’antique édifice sans s’assurer s’ils ont de quoi bâtir le nouveau ; les autres au contraire, et de ce côté tout l’entourage du roi, la reine, toute la cour, jetaient les hauts cris sitôt que je touchais à l’une de ces pierres usées du monument gothique. J’avais beau démontrer la justice et la droiture de mes idées, ces seigneurs qui avaient déployé tant de verve et d’entrain pour railler les erreurs et les abus du passé, reculaient quand il fallait y porter remède. D’autre part le parlement, qui sous le règne précédent s’était montré d’une si noble indépendance devant les désordres et les dilapidations du feu roi, devenait ennemi des réformes qu’il avait provoquées. Sous prétexte d’arrêter la monarchie et de conserver ses bases primitives, il a tout fait pour la perdre, la perdra et se perdra avec elle.

Dans ce vaste conflit, j’étais donc seul avec le roi à qui je dois rendre témoignage de ses bonnes intentions. Je me souviendrai toujours de son assiduité aux affaires, de ses efforts continuels pour le bien d’un peuple qu’il aime d’un véritable amour. Mais quelle déplorable faiblesse chez ce monarque, quelle ignorance chez ce peuple. Toujours méfiant, criant toujours à la trahison, celui-ci se cabre devant les réformes les plus nécessaires et les plus légitimes, parce qu’il ne voit que les difficultés momentanées qui résultent toujours d’un changement politique ou administratif. Et le roi, en raison de sa bonté, ne sait pas résister aux cris d’une populace qui ignore son véritable avantage. Il confond la voix de l’émeute et celle de la nation. Sitôt qu’il l’entend, il lui cède, et sacrifie le bonheur de vingt-cinq millions d’hommes à quelques centaines d’insurgés.

Je sais bien qu’entre la classe populaire et la classe aristocratique entre lesquelles j’étais isolé, il y avait dans le Tiers-État beaucoup de gens à la fois novateurs et modérés, des écrivains célèbres qui m’honoraient, Monsieur, de leur estime et de leur confiance. Mais ceux-là justement ont-ils l’oreille du roi ? Quand même ils parleraient on ne les entendrait pas, c’est ce qui est arrivé. Pris entre toutes les parties je ne pouvais manquer de tomber ; mon crédit s’est épuise avec la suppression des maîtrises et des jurandes, et le roi, fatigué d’intrigues domestiques, de discussions perpétuelles, de lits de justice, s’est lassé de me maintenir ; il m’a demandé ma démission, et m’a congédié en me laissant ces paroles que je conserve dans mon cœur : Monsieur Turgot, il n’y a que vous et moi qui aimions le peuple. Ce témoignage a suffi pour me consoler ; et au-delà, sans me rassurer néanmoins, car mes inquiétudes sont bien graves et l’horizon bien noir. Que deviendra-t-il ce peuple confié deux ans à mes soins ? Je suis comme le pilote qui s’attache au vaisseau qu’il gouverne ; je me suis attaché à l’État et je souffre de toutes ses douleurs. Nous vivons dans un siècle où une main ferme est nécessaire à la direction du gouvernement, le roi ne l’a pas ; il faut beaucoup de sagesse, et le peuple n’en eut jamais ; il faut beaucoup de prudence, et le pouvoir est ballotté entre des mains insouciantes de son avenir. Maintenant le parti de la réaction triomphe.

Mais comme on a égaré le peuple au nom de ses intérêts, on va l’égorger au nom de ses droits. Il surgit une nouvelle école d’écrivains qui méprise le passé et rêve un idéal plein de chimères et de périls. Que va-t-elle dire quand les progrès accomplis sous mon gouvernement seront effacés, et que mon œuvre sera toute à recommencer ? De plus, la voie où l’on marche n’est pas celle du siècle, elle est un retour à un passé dangereux, à un passé que vous avez détruit et qu’il n’est plus permis, en plein XVIIIe siècle, de vouloir rétablir. Et que dira la cour quand elle verra se poser devant elle les volontés et les besoins évidents d’un peuple à demi éclairé, c’est vrai, mais toujours exagéré dans le sens de la soumission ou de la révolte ? Que dira le roi ? Et aussi que fera la France ? Ah ! Monsieur, je tremble à cette perspective, je ne veux pas la regarder de face ; elle est trop horrible, elle m’ôte tout espoir. Profondément découragé de ma chute, j’estime perdue toute possibilité d’alliance entre la raison et la forme sociale consacrée par le temps.

Je crois qu’à la vue de ce qui se passe vous partagerez mes appréhensions ; vous êtes le seul homme de ce temps qui comprenne que la logique a besoin de bon sens, et que l’une sans l’autre ne peut qu’une chose : mener à sa perte le peuple insensé qui s’y fie.


Charles Maurras
Texte du 16 septembre 1884.



Source : blog Maurras.net


Charles Maurras blog Nouvelle Ecole

Alain de Benoist le moment populiste

Le Moment populiste Alain de Benoist

Commandez Le Moment populiste sur Krisis Diffusion !

Alain de Benoist le moment populiste Pierre-Guillaume de Roux

L’extraordinaire défiance de couches de population toujours plus larges envers les « partis de gouvernement » et la classe politique en général, au profit de mouvements d’un type nouveau, qu’on appelle « populistes », est sans nul doute le fait le plus marquant des transformations du paysage politique intervenues depuis au moins deux décennies. Le phénomène tend même à s’accélérer, comme l’a montré l’élection de Donald Trump, survenant quelques mois après le « Brexit » britannique. Partout se confirme l’ampleur du fossé séparant le peuple de la Nouvelle Classe dominante. Partout émergent de nouveaux clivages qui rendent obsolète le vieux clivage droite-gauche.
Mais que faut-il exactement entendre par « populisme » ? S’agit-il d’un simple symptôme d’une crise générale de la représentation ? D’une idéologie ? D’un style ? Ou bien le populisme traduit-il une demande fondamentalement démocratique face à des élites accusées de ne plus faire de politique et de vouloir gouverner sans le peuple ? C’est à ces questions que répond ce livre, qui part de l’actualité la plus immédiate pour situer les enjeux politiques, sociologiques et philosophiques du débat.
ISBN 2-36371-186-1   - Prix de vente: 23,90 euros TTC.
**
***
***
radio Sputnik Alain de Benoist droite gauche le moment populiste
***

Alain de Benoist le moment populiste Krisis Diffusion
  



Alain de Benoist sur Radio Sputnik
"Le moment populiste, Droite-gauche c’est fini !"


Le populisme est le phénomène politique de la décennie. De quoi est-il le fruit et de quoi sera-t-il la cause ? En d’autres termes, que faut-il en attendre ? Et plus encore, est-ce un bien ou un mal ? Le pire est-il à venir, ou nous dirigeons-nous vers un renouveau civilisationnel ? Pour lever nos interrogations, Radio Sputnik a reçu Alain de Benoist, qui publie Le moment populiste, Droite-gauche c’est fini  aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.


Alain Finkielkraut sur Alain de Benoist

Alain Finkielkraut évoque le dossier sur le conservatisme et Jean-Claude Michéa publié par Le Monde le 11 janvier 2017 et parle d'Alain de Benoist.

L’esprit de l'escalier, 15 janvier 2017 : Alain Finkielkraut & Elisabeth Levy sur RCJ




Alain de Benoist Le Monde 11 janvier 2017 la seconde jeunesse d'Alain de Benoist
La seconde jeunesse d'Alain de Benoist,Le Monde 11 janvier 2017

Retrouvez l'article en intégralité sur le blog Eléments





Charles Maurras - Philitt


PHILITT nous rappelle que l’échec de Maurras à convertir Barrès au royalisme fut une des plus grandes déceptions de sa vie :

Tous deux dénonçaient les dérives du parlementarisme et du jacobinisme. Tous deux voulaient un pouvoir fort et décentralisé. Cependant, Maurice Barrès était républicain et Charles Maurras royaliste. Le second a voulu convertir le premier. En vain. 




Philitt Charles Maurras Nouvelle Ecole 66 blog

Lien vers l'article sur le site de PHILITT : Maurice Barrès et Charles Maurras : la République ou le Roi




Lorsque Charles Maurras entre à l’Action française en 1898, le groupe nationaliste est encore républicain. Les fondateurs, Henri Vaugeois et Maurice Pujo, n’envisagent pas un instant de faire de ce mouvement intellectuel et politique un outil pour la restauration de la monarchie. Mais c’est sans compter sur le jeune Maurras qui, par sa force de persuasion et ses qualités de logicien, va convertir les membres de l’Action française un par un. Maurice Barrès, grande figure du nationalisme et ami de Maurras, sera un des rares à résister aux syllogismes de son cadet. Il demeurera républicain jusqu’à la fin.

Dans une lettre du 22 août 1900, Barrès répond aux arguments avancés par Maurras dans son Enquête sur la monarchie. L’auteur des Déracinés concède tout d’abord un point à Maurras : « Pour m’en tenir à l’essentiel, je crois avec vous qu’il faut une raison qui commande dans l’État » et d’ajouter « Deux siècles de mauvais gouvernements ont enfoncé les Français dans cette erreur, où j’ai moi-même incliné un instant, que le mieux pour une nation était le moins de gouvernement possible. » Tous deux souhaitent le rétablissement d’un exécutif fort pour remédier aux dérives du parlementarisme. Barrès semble par ailleurs revenir de sa sympathie pour l’anarchisme qu’il avait développé dans sa première trilogie Le Culte du Moi. Cela dit, Barrès – même s’il semble avoir un profond respect pour le courant de pensée qui porte cette idée – estime que l’option royaliste n’est envisageable que si la famille héritière du trône suscite dans la population une sympathie et un enthousiasme important. Sans ce soutien du peuple, la monarchie n’a ni sens ni légitimité et voit son efficacité politique renvoyée à la pure théorie.

« Je comprends très bien qu’une intelligence jugeant in abstracto adopte le système monarchique qui a constitué le territoire français […] Mais dans l’ordre des faits, pour que la Monarchie vaille, il faudrait qu’il se trouvât en France une famille ralliant sur son nom la majorité (sinon la totalité), la grande majorité des électeurs ; or voilà qui n’existe pas », écrit Barrès. Contrairement à l’Allemagne ou la Russie, la France ne peut mettre de côté cette coupure violente entre le peuple et le roi que fut la Révolution française. Le ralliement des Français à la monarchie doit se faire de manière instinctive. Or, la république a pris une place importante dans l’imaginaire collectif. De plus, un roi se doit d’être entouré et Barrès remarque le profond déclin de l’aristocratie, ce « corps indispensable à la monarchie traditionnelle ».

Barrès n’ignore pas l’importance historique de la royauté. « Je ne date pas d’un siècle l’histoire de France, mais je ne puis non plus méconnaître ses périodes les plus récentes », écrit-il. À ses yeux, les Français sont désormais attachés au principe républicain comme ils l’étaient avant au principe d’hérédité. Si donc le Lorrain partage le constat de Maurras, il est en désaccord sur la méthode et lui suggère de renverser la perspective. « Ne pouvant faire que ce qui vous paraît raisonnable soit accepté de tous, pourquoi ne tâchez-vous pas que ce que la majorité accepte devienne raisonnable ? Au sommet de l’État, l’autorité, sur le sol et dans les groupes, la décentralisation, voilà des réformes que permet le système républicain et qui assureraient le développement des forces françaises aujourd’hui gravement anémiées », explique-t-il.






Souveraineté nationale et défiance vis-à-vis de la démocratie
Dans une lettre du 20 août 1900, Maurras répond aux objections de Barrès. Pour l’auteur de L’avenir de l’Intelligence, l’opinion publique attache peu d’importance à la nature du régime politique. « Car enfin que pourrait l’opinion que vous imaginez hostile et que je crois plutôt indifférente à la royauté ? Hostile même, elle serait tout d’abord impuissante et se laisserait réduire de jour en jour », explique-t-il. On retrouve ici la défiance de Maurras vis-à-vis de la démocratie et sa volonté de restaurer la verticalité du pouvoir. La souveraineté populaire n’existe pas dans l’idéal maurrassien, l’unique souveraineté est celle de la nation que le roi a pour tâche d’incarner. Pour Maurras, le peuple ne manquera pas de se rallier à un pouvoir si celui-ci s’exerce avec ordre et autorité. En effet, « il n’y a pas de volonté populaire, mais consentement […] les pouvoirs électifs sont de simples pouvoirs consultatifs ». Maurras ne manque pas non plus l’occasion de railler le républicanisme de Barrès, une de ces « petites coupures qui nous fascinent tant » et qui, par rapport à l’histoire millénaire de la monarchie française, feront « l’effet d’hiatus assez médiocres ».
Cette divergence fondamentale que Maurras résume à un problème de « méthode » n’empêchera pas Barrès de soutenir l’initiative de l’Action française au nom de l’unité du camp national. D’un côté, « l’énergie nationale » du Lorrain, de l’autre, « le nationalisme intégral » du Provençal. Barrès participera à des réunions organisées par l’Action française à partir d’un socle commun que Maurras résume ainsi dans une lettre d’avril 1901 : « La loi de ces réunions mixtes est bien simple ! 1° On est d’accord sur le nationalisme. Donc : vive la Patrie, la France, l’armée, etc. Tous les cris de ce genre sont la règle du jeu. 2° On n’est pas d’accord sur les moyens de réaliser le nationalisme. Que chacun vienne donc affirmer et vanter son moyen, qu’il soit applaudi par les siens […] »
L’habile Maurras présente donc le principe de ces conférences comme un équitable dialogue sur la meilleure méthode possible pour faire gagner les idées nationalistes. Néanmoins, certains événements laissent penser que le Martégal cherchait avant tout à instrumentaliser la figure de Barrès. Dans une lettre du 13 juin 1901, ce dernier s’agace lorsqu’on cherche à l’assimiler à la conversion de Vaugeois au royalisme. « Il n’y a pas à me mettre peu ou beaucoup à la suite de l’évolution de Vaugeois. Je ne la fais pas cette évolution et je ne l’approuve pas ; voilà la vérité ! […] C’eût été plus simple, plus honnête de s’en tenir à la note de l’Action française : laboratoire… Barrès qui n’accepte pas la solution monarchiste… », écrit-il à Maurras qui s’empresse de mettre cette confusion sur le dos d’un sous-fifre.

Philitt Maurice Barrès Nouvelle Ecole Maurras blog
Maurice Barrès
Charles Maurras Nouvelle Ecole 66 blog Philitt
Charles Maurras












L’échec de Maurras
En vérité, l’échec de Maurras à convertir Barrès au royalisme fut une des plus grandes déceptions de sa vie. Il écrit dans un article pour le Figaro du 24 septembre 1901 : « Comment s’y prendre Barrès pour constituer ce pouvoir central, pour le maintenir essentiellement et nécessairement dans le plan de l’utilité nationale ? On le lui demandait l’été dernier dans l’Enquête sur la monarchie que publiait la Gazette de France. Or Barrès n’a pas répondu : « Par la royauté ». C’est mon scandale. Barrès n’est pas royaliste. » Pendant longtemps, Maurras tentera de mettre Barrès face à ses erreurs logiques. Comment peut-on être nationaliste sans être royaliste, puisque le roi est la meilleure manière de restaurer l’autorité de la nation ? Comment peut-on rester attaché à la république alors qu’elle est responsable des dérives du parlementarisme et de l’affaissement de la France ? Si ces « désaccords sont bien légers », Maurras a toujours « l’impression d’une véritable guerre civile ». Il garde donc espoir de faire passer le pas à son ami. Il s’amuse à écrire dans une lettre de mai 1902 : « […] j’ai votre portrait sur ma cheminée, à la gauche de Philippe (duc d’Orléans et héritier du trône de France) auquel vous tournez le dos. Quand vous serez royaliste, je vous mettrai à droite et vous vous ferez compliment. »
Les réticences de Barrès sont dues à des enjeux philosophiques et notamment à son approche différente de la question de la liberté. Si Barrès a converti l’égotisme du Culte du Moi en patriotisme charnel de la Terre et des Morts, il n’en demeure pas moins attaché aux libertés individuelles que garantit le régime républicain. En revanche, Maurras est tout à fait prêt à sacrifier ces mêmes libertés pour rétablir la souveraineté nationale. La monarchie implique la soumission d’un peuple à une liberté supérieure qui le transcende, celle du roi. « Vous savez mon refrain, le roi, et je vous jure bien que je ne fais pas exprès de retrouver toujours et partout cette même solution. Je crois comprendre ce qui vous déplaît en elle, mais déplaisir ou non, n’est-ce pas là encore une fraction du déterminisme à accepter ? », écrit Maurras à Barrès en juin 1905.
Divergences philosophiques mais également rencontre manquée. Maurras estime que l’entrevue de Barrès avec le duc d’Orléans aurait pu faire tout basculer. « On me dit : « Mais peut-être se seraient-ils déplu ? Je n’en crois rien. Et même dans ce cas, mis au jour en présence d’une crise nationale importante, l’esprit de Barrès aurait fort bien pu se retourner spontanément vers une image princière, dont, pas plus que personne, il n’eût contesté la splendeur », note Maurras dans Maîtres et Témoins de ma vie d’esprit.
Barrès ne transigera jamais avec son républicanisme malgré tous les efforts du maître à penser de l’Action française. Cependant, ce sont plutôt les circonstances et une sorte de pragmatisme politique qui feront que Barrès rejettera l’option royaliste. En effet, Barrès n’est pas animé, contrairement à Péguy, par une véritable passion républicaine. La question institutionnelle n’est pas, à ses yeux, déterminante. « Je suis républicain depuis toujours ; c’est une habitude, mais où je ne mets pas de mysticisme. Je ne vois pas d’inconvénients au zèle d’un petite groupe de patriotes précautionneux qui ménagent au parti de l’ordre des réserves et, pour parler net, un en-cas », raconte-t-il dans un article du Gaulois intitulé Le problème de l’Ordre et publié le 9 juillet 1905.
La très grande liberté de Barrès lui permettra donc de soutenir Maurras tout au long de sa vie sans pour autant céder aux arguments du terrible logicien. « Quand Maurras crie : « Vive le Roi ! », je ne lui fais pas écho ; mais son cri ne me blesse pas. Je pense que la politique est l’art de tirer parti d’une situation donnée ; je crois que la qualité de monarchiste affaiblit encore l’influence des hommes d’ordre et les chances qu’ils ont de bien faire. » Barrès considère donc que le royalisme n’est pas une solution efficiente, qu’elle détourne de l’action au nom d’un idéal institutionnel. Le royalisme de l’Action française éloigne plus qu’il ne rapproche de l’exercice du pouvoir. Cela dit, Barrès reconnaît l’influence incontestable que Maurras a exercé sur les esprits de son temps : « Je ne suis pas prophète ; j’ignore si le néo-monarchisme agira un jour sur notre politique, mais on constate que, dès maintenant, il compte dans l’histoire de nos idées politiques. »

> Pour commander Nouvelle Ecole n°66 sur Charles Maurras



Philitt voyage en vente sur Krisis Diffusion
Après le succès du #2 sur la terre et l'enracinement, PHILITT prend le large avec un numéro 3 consacré au voyage et à ses illuminations.

Pour explorer ce thème, Philitt vous propose la compagnie d'Arthur Rimbaud, saint Paul, Gulliver, Jack Kerouac –et d'autres encore–, ainsi qu'un entretien exclusif avec Sylvain Tesson.

PHILITT est un web magazine consacré à la philosophie, à la littérature et au cinéma. La critique de la modernité que formule PHILITT s’inspire d’auteurs comme Dostoïevski, Péguy et Bernanos. PHILITT revendique une certaine liberté de ton et ne se soumet pas aux injonctions du libéralisme culturel. Les rédacteurs de PHILITT sont tous bénévoles et issus d’univers différents : journalisme, audiovisuel, sciences humaines… PHILITT a pour ambition de penser l’actualité à travers des problématiques classiques. Pour autant, PHILITT ne fait pas dans l’anachronisme et considère avec Karl Marx que «l’histoire se répète toujours deux fois : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce».

> Pour commander le numéro sur Krisis Diffusion